Utilisateurs en ligne

· Invités en ligne : 1

· Membres en ligne : 0

· Membres enregistrés : 1
· Membre le plus récent : ymasse

Désordres du 21 Novembre devant le centre de détention de Muret

2/ J'accuse
Yannick Massé
31xxx Toulouse
Tél. Fixe : xxxxxxx
Tél. Mobile : xxxxx

Toulouse le 22 Novembre 2009
Objet : Désordres du 21 Novembre devant le centre de détention de Muret

à l'attention de Monsieur le Procureur de Toulouse,
copie à Monsieur le Commandant de Gendarmerie de Muret
et Monsieur le Directeur du CD de Muret


Monsieur le Procureur,

Après une nuit pauvre en repos mais riche en recherches et en interrogations, je souhaite revenir succinctement sur les événements dont j'ai bien malgré moi été l'objet hier et vous faire part de mes modestes réflexions ainsi que des dispositions que je soumets à votre appréciation.

Ainsi que le commandant de la brigade de Gendarmerie de Muret a pu vous le relater, au terme de la visite que j'ai rendue à mon père Daniel Massé (pour rappel injustement incarcéré) ce samedi, j'ai été pris en charge et maintenu à l'écart d'un rassemblement à ma connaissance non déclaré en préfecture et - du peu que j'ai pu en observer depuis un fourgon cellulaire parqué à l'intérieur de l'enceinte de l'établissement – organisé d'une bien étrange manière à mon sens.

Je suis pleinement conscient que ce genre de situation, propice à la confusion des genres, peut rendre délicat pour certains le distinguo pourtant nécessaire entre la bêtise et la raison - l'inconscience et la responsabilité, et malgré quelques égratignures je tiens à saluer la clairvoyance de Monsieur le Commandant de la Gendarmerie de Muret sur cette question.

En tant que visiteur du centre de détention de Muret je puis vous confirmer que le mode opératoire choisi par les organisateurs de ce rassemblement aux revendications obscures si ce n'est anarchistes n'a pour seule conséquence que de susciter un trouble certain à l'extérieur comme à l'intérieur de la prison. En d'autres termes, l'effet inverse de celui – légitime - qu'on peut lire dans la presse à savoir « La Citoyenneté ne s'arrête pas aux portes des prisons ».
Moi comme les autres familles n'avons pas manqué d'en être affectés (parloir écourté, réprimandes…) et cela ne fait certainement que commencer car je crains des mesures de représailles visant des familles de détenus qui n'en ont vraiment pas besoin.

Je ne cesse de m'interroger au point d'en arriver à me demander si ces militants sont authentiques ou ne sont pas stupides, égoïstes voire instrumentalisés par des forces néfastes dont je tairais le nom.

Dans ce contexte et découvrant que s'annonce une semaine de mobilisation sur le thème de « La Citoyenneté en prison », thème dont l'objet ne me semble pourtant pas inadapté aux circonstances sociales actuelles et aux espoirs suscités par les réformes en discussion au Parlement, je souhaite cependant quant aux conséquences que pourraient avoir ces initiatives que les tensions soient rapidement désamorcées et que soient évitées une escalade d'affrontements à l'extérieur, tout comme à l'intérieur de la prison, qui n'ont pas lieu de se produire.

Par ailleurs, concernant le dossier de mon père, il me semble qu'au-delà de la saisine de la Commission de révision, il conviendrait que l'enquête qui concerne l'affaire pour laquelle il a été condamné injustement soit ré-ouverte et que toutes investigations soient diligentées pour que la vérité soit enfin faite.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Procureur Général, l'expression de mes meilleurs sentiments.

Yannick Massé

http://www.ladepeche.fr/article/2009/11/22/720699-Manifestation-sous-haute-surveillance.html

TOULOUSE (France): Yannick Massé, interpelé pour avoir pris des photos

Commentaires

Aucun Commentaire n'a été publié.

Publier un Commentaire

Connectez-vous pour publier un Commentaire.
Page réalisée en 0,01 secondes
3,261,021 visites uniques