Oh non ! Où est le JavaScript ?
Votre navigateur Web n'a pas JavaScript activé ou ne supporte pas JavaScript. Veuillez activer JavaScript sur votre navigateur Web pour voir correctement ce site Web, ou mettre à niveau vers un navigateur Web qui supporte JavaScript.
Utilisateurs connectés
Invités en ligne 9
Membres sur ligne 0

Total des membres: 1
Membre le plus récent: ymasse
Articles

Au Président J.CHIRAC


Monsieur le Président, imaginez ce que c'est que de clamer son innocence derrière les barreaux? C'est souffrir, agoniser, c'est vivre pour tenir, se saisir de soi, s'opposer au temps, se survivre. C'est aussi trop souvent vouloir mourir tant le poids de l'enfermement non mérité est pesant, angoissant, dévastateur!



Daniel Massé- Ecrou 2203 V - Cellule 3/347 Prison de Seysses - Route de Muret 31600 MURET.

SEYSSES, le 17-07-2004
A l'attention de Monsieur le Président de la République,

Monsieur le Président de la République,

Je sais qu'il ne vous appartient pas d'intervenir dans les procédures judiciaires, ni de commenter les décisions de Justice.
Mais un de vos ministres, Monsieur Dominique Perben, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, est en mesure de connaître et d'agir dans le bon déroulement de la loi de présomption d'innocence, lors d'une instruction et d'une procédure qui conduisent un innocent en détention, après avoir été acquitté en première instance.

On m'a reproché de ne pas avoir clamé mon innocence assez fort, mais avec suffisamment de conviction pour me qualifier de machiavélique.
Non, Monsieur le Président, je ne suis pas celui que l'on a dépeint! Enfant, j'étais du genre « Tom Sawyer » aimant la vie et la nature. Adulte, je n'ai pas vraiment changé si ce n'est le fait d'être entier comme l'était Daniel Balavoine. J'aimerais tant faire comprendre que dans ma vie, je suis resté bon, sympathique, altruiste, attentif au regard et à l'écoute des autres, ce qui m'a conduit à sauver trois vies.

Je ne suis pas un assassin, et pourtant je suis emprisonné depuis le 12 décembre 2003 après avoir été acquitté le 31 mai 2002. Ce cas unique en France est malheureusement tombé sur moi. Je dis malheureusement et rajoute volontairement. Après une enquête bâclée, une instruction à charge, un dernier procès aussi accusatoire qu'inquisitoire, ne tenant aucun compte et aucun respect des droits de ma défense en le contournant, l'occultant, le bafouant sous de fallacieuses suppositions, hypothèses et mensonges, afin d'obtenir un scénario le plus plausible, dans une enceinte censée représenter le droit.

Monsieur le Président, imaginez ce que c'est que de clamer son innocence derrière les barreaux? C'est souffrir, agoniser, c'est vivre pour tenir, se saisir de soi, s'opposer au temps, se survivre. C'est aussi trop souvent vouloir mourir tant le poids de l'enfermement non mérité est pesant, angoissant, dévastateur!

J'accuse aussi la mauvaise foi, dans le déroulement de l'enquête, de la procédure et du dernier jugement. Dois-je être puni autant de me révolter contre cette réalité? Dois-je payer aussi cher de clamer mon innocence depuis presque dix années? Dois-je tant souffrir, moi et les miens, pour avoir refait ma vie, comme si cela n'était pas un droit fondamental.

JE SUIS INNOCENT Monsieur le Président; à vous comme à tous je voudrais le prouver. Mais comment le puis-je, si d'être en famille, le soir, la nuit, le matin, avec femme et enfants, cela n'est pas considéré comme un alibi. Pourtant ma vie était comme cela, simple, en famille, comme des millions de Français.

Dois-je ne plus faire confiance en mon pays, à son droit et me tourner de façon inéluctable auprès de la cour Européenne des droits de l'Homme et des libertés fondamentales ?

Monsieur le Président, je ne suis qu'une goutte dans ce système judiciaire, mais aussi une vie qui se perd. Un homme simple qui a refait sa vie par amour et par dignité. Dignité qui m'a guidée sans que je ne la trahisse. JE SUIS INNOCENT Monsieur le Président.

Veuillez agréer Monsieur le Président de la République mes salutations les plus cordiales.

Daniel Massé

ymasse 17 July 2004 10494 lu 0 commentaire Imprimer

0 commentaire

Laisser un commentaire

Veuillez vous connecter pour publier un commentaire.
  • Aucun commentaire n'a été publié.