Oh non ! Où est le JavaScript ?
Votre navigateur Web n'a pas JavaScript activé ou ne supporte pas JavaScript. Veuillez activer JavaScript sur votre navigateur Web pour voir correctement ce site Web, ou mettre à niveau vers un navigateur Web qui supporte JavaScript.
Utilisateurs connectés
Invités en ligne 10
Membres sur ligne 0

Total des membres: 1
Membre le plus récent: ymasse
Articles

au Président, au Premier Ministre, au Ministre de l'Intérieur


A l'attention de Messieurs
le Président de la République,
le premier Ministre,
le Ministre de l'Intérieur,
...
J'aurai du être jugé en 2001 tout de même sept ans après les faits, si l'enquête de moralité et de personnalité avait été ordonnée et accomplie en temps et en heure, lors de mon incarcération provisoire en mars 1995, par le Juge instructeur Mr Joachim Fernandez qui ne l'a jamais demandé malgré le caractère « obligatoire » de celle-ci lors d'une mise en examen accompagnée d'une détention provisoire. De ce fait, j'ai été jugé quelques mois plus tard, en mai 2002, plutôt qu'à la date de renvoi prévue en 2001. Par cette circonstance on échappe au délai raisonnable de l'article 6 de la Convention de la Cour Européenne des droits de l'Homme.
...

à P.Clément - Garde des Sceaux

...Vous savez Monsieur le Ministre, je suis prêt à être rejugé par une Cour composée de Magistrats, car je sais que même la peine que j'ai, de 25 années, je ne pourrais la tenir tellement elle me détruit, tellement devant moi, est si loin. Je suis aussi persuadé que si j'étais rejugé par un tribunal impartial et rejetant toutes hypothèses fallacieuses et dirigées, je serais à nouveau acquitté....

Corporatisme Partisan

J'avais raison pendant ces procès de 2003, d'avoir le sentiment qu'on jugeait Mr Seznec, ayant vu le film auparavant. Je pense aussi, mais trop tard, que j'aurais dû ne pas me représenter dès la fin du premier jour d'audience. Dans ce cas, j'aurais été j'en suis certain, rejugé par un autre tribunal, un autre Président, un autre Avocat Général... et j'aurais été une deuxième fois acquitté.

Aux Juges de la CEDH


Votre Cour a rejeté mes requêtes sous un des prétextes suivant: Que tous les recours internes n'avaient pas été épuisés, comme l'exige l'article 35/1 de la Convention.
Je me suis pourvu en cassation. Que puis-je faire de plus? Je suis perdu dans ce méandre judiciaire et cet enchevêtrement de solutions que je n'imagine pas, n'étant pas juriste.
Je n'ai plus d'avocat, ils m'ont trahis, et je ne suis pas un nanti pour assumer ma défense comme il le faudrait.

à M.SARKOZY

Monsieur le Ministre, Vous étiez venu à Toulouse pour reprocher à la police et magistrats, qui étaient les derniers du classement pour la résolution des affaires. Je me demande si cela n'a pas influé sur le déroulement de cette tragédie.

à M.DE VILLEPIN

J'ai été jugé et acquitté, mais cela n'a pas suffi à notre système judiciaire. Pouvez-vous me comprendre Monsieur le Ministre? Cette injustice dont je suis victime, est j'en suis certain, la plus horrible, la plus partiale, la plus ignoblement acquise de ce 21ème siècle. Mais les juges se protègent et ont institués des gardes fous dans le cas ou ils outragent la loi et le citoyen.

UN BON AVOCAT 1/2

Ce texte s'adresse à tous ceux qui, contraints et forcés doivent se mettre un (mauvais) jour la recherche d'un (bon) avocat. Et c'est parce que je veux aider bénévolement tous ceux qui s'adressent ou qui s'adresseront à moi dans ce but, que j'ai pris le temps de rapporter ici quelles furent les expériences qui m'ont été racontées. J'y ai ajouté les miennes, et j'ai soumis l'entièreté du texte complété à ceux qui m'ont fait leurs confidences. De plus, pour accroître sa crédibilité, j'ai incorporé les remarques qui m'ont été faites par quelques personnes qui ont approché les Cabinets à titre professionnel. Ce qui m'a d'ailleurs valu le commentaire suivant : Toi, tu ne finiras pas dans ton lit ! Oui, peut être, mais j'ai toujours préféré finir debout plutôt que couché, à bons entendeurs salut !

Extrait du site HTTP://WWW.DENONCIATION.COM


Lire la deuxième partie : UN BON AVOCAT 2/2